Mardi 24 au jeudi 26 fevrier – Chichicastenango et Santa Cruz del Quiche

Apres les rives du lac Atitlan, le bus nous emmene a travers les forets de pins et les champs de mais dans la campagne montagneuse guatemalteque jusqu a Chichicastenango, celebre pour son marche du jeudi et du dimanche.

En arrivant a Chichi, nous sommes surpris de constater que le marche a en realite un emplacement couvert permanent sur la grande place situee entre deux eglises. Eglises qui d ailleurs sonnent le glas de maniere quelque peu morbide, d un rythme tres lent, grave et regulier au fil des heures.
En descendant la rue qui nous mene a l hotel, un ancien centre telephonique, on decouvre un cimetiere tres colore qui incite a l observation. Heureux qu il soit agreable a regarder car l hotel donne dessus ! Nos tombes font vraiment glauques a cote.
Le mardi et le mercredi, des l entree dans le marche pour dejeuner et acheter nos fruits et legumes, ce n est qu un ensemble de “¡Ola amigos!”, nous invitant fortement a acheter bijoux, sacs a mains, tisus chamares… No no gracias, on garde le sourire et on avance vers les petits comedores. Panpan se fait un Caldo de res (bouillon avec legumes, riz et boeuf) et Lulu un Ceviche (tartare marine de poisson et de crudites). Au petit dejeuner, c est tamales en bouillie avec tortillas et piñol, une nouvelle boisson a base de de de de de… mais bien sur !
On grimpe mercredi matin vers le Sanctuaire Maya Pascual Abaj, toujours utilise pour les ceremonies. Pas d appareil photo, seulement un carnet et un crayon pour dessiner en cas de mauvaise rencontre. Le sanctuaire se compose en fait d un ensemble de 5 cercles destines a faire du feu, entoures de 4 petits tas de pierres contenant des croix. Une dame nous rejoint et tente de nous vendre des objets souvenirs… “No gracias” avec un grand sourire et on redescend.
Glabalement, Chichi vit du tourisme des marches. Et on se sent un porte monnaie sur pattes, meme en ayant passe 3 jours ici a croiser les memes vendeurs qui nous voient passer 5 fois par jour et essuient toujours le meme refus. “No gracias”.

C est pourquoi on decide le jeudi matin de faire le marche non pas a Chichi comme tous les touristes qui debarquent a la journee, mais a Santa Cruz del Quiche, a 19km de la. Elle s appelle El Quiche plus simplement car il s agit de l ancienne capitale du departement Quiche. Bien nous en prend car nous n avons croise aucun touriste, pas meme un seul tout petit perdu. Un vrai marche local, avec des produits uniquement pour les locaux. Pas d artisanat a touriste (bracelets, sacs a dos colores, masques…).
Une belle place animee avec une grande cathedrale drapee de violet. Un gigantesque souk couvert dans lequel on trouve fruits et legumes, marmites, comedores, telephones et montres d occasion, vetements en tous genres, tissus…Sur la place, les vendeurs ambulants circulent au milieu de la population. Sacs a mains pour ces dames, ceintures pour ces hommes, glaces pour les enfants. Des vendeurs se relaient egalement pour faire des demonstrations de leurs differents produits. Gellules a base d huile de poisson, medicament miracle a base d huile de plante pour soigner tous les maux en 2mn chrono (rhumatismes, hernies, mal de tete, de dents, crampes…)… Et les gens achetent tres facilement.
Et puis toujours ces stands a la queue leu leu de poulet frit et de frites que chacun consomme a toute heure de la journee. Comme le soda qui est de mise a table, chaque tete etant penchee dans son assiette et sa bouteille de coca dans laquelle flotte une paille.
Santa Cruz, un vrai moment sympa pour avoir un apercu de la vie locale avec des gens souriants sous le soleil.

On finit cette belle matinee par des morceaux de coco et un delicieux “pan de elote”, un gateau a base de de de de … mais ! 🙂