Du mardi 8 au samedi 12 decembre – De Rongjiang a Guilin
Distance : 2519km  /  Denivele : 23030m

Nous rejoignons la route passant au sud de la region autonome du Qiandongnan, quittant un peu le massif montagneux central。Nous esperons du coup nous lancer a grand renfort de coups de pedales vers la belle Guilin, une ville reputee pour ses paysages feeriques et typiquement chinois : des pitons rocheux, pics de vegetation et enserres de brume ou d encestraux pecheurs utilisent des cormorans pour prelever la riviere.

Mais que nenni ! Le pire nous attendait.
Et quand je dis le pire, ce serait plutot « l apocalypse » selon Saint Tornado, martyr de la journee. La route est en pleine reconstruction, comme presque toutes celles que nous avons empruntees. Les chinois construisent ou reconstruisent tout en ce moment. Allez savoir comment ils vont bien pouvoir respecter leurs engagements de la COP 21 avec une telle croissance fulgurante. Quoiqu il en soit, les journees pluvieuses des derniers jours, associees a la terre remuee par les machines, pelleteuses et autres fractureuses, cela donne une fange profonde, une bande continue de bouillasse, de melasse poisseuse a en laisser ses chaussures au fond. Quelques fois les nouveaux murs de soutenement ferment si bien les bords que la route se fait baignoire. Les premiers kilometres sont desagreables au titre que nous avons de la boue sur nos chaussures et le bas de nos pantalons, la boue se coince dans les passages de roues et les freins. Sortis d un mauvais passage, nous pensons avoir vecu le pire. Mais quelques centaines de metres plus loin, un village est integralement baigne dans la melasse sur une quarantaine de cm de profondeur. Les vehicules s elancent pour passer les 20m de distance les plus terribles, aspergeant les alentours. Les motocyclistes hesitent, certains passent avec les pieds sur le cadre de leurs motos, d autres s elancent tant bien que mal. Un homme bien intentionne nous voit hesiter et nous indique le contournement des batiments. Nous poussons les velos avec espoir, nous nous engageons trop pour reculer et finalement le pire est la : un passage gluant, digne des sables mouvants, semble vouloir aspirer Tornado, lourdement arnache de la Mome, sa fidele remorque. Panpan tire, pousse et finalement se redresse, harasse, lachant le pauvre Tornado, plante dans la fange jusqu aux axes de roues, pedalier et derailleur enfonces. Finalement Lulu vient a leur rescousse et on repart. Plus loin la route defoncee n est plus que rochers et cailloux saillants recouverts d une pellicule de boue. Il n en fallait pas moins pour que Lulu perde l equilibre et lache la Dudu qui s etale dans la boue. Heureusement, Lulu ne l a pas suivie au sol, mais elle crie d une rage, toute equanime bien sur ! Quelques centaines de metres plus loin nous recommencons a rouler et la catastrophe quasi inevitable arrive :le derailleur de Tornado, alourdi de boue, se tort et s enfile dans la roue et casse un rayon. Ahahahahahah !!!! La s en est trop. 😯 Mais que faire ? Garder son calme, detordre tout ce petit monde et continuer.

Nous finissons par arriver dans un village ayant uniquement quelques flaques. Un homme arrose son magasin, probablement sale des eclaboussures des vehicules et nous voyant arriver, triste equipage tout embouillasse,comprend bien vite de quoi nous avons besoin. Il nous nettoie autant que possible les velos. Il s est remis a bruiner depuis un moment alors nous nous installons sous le porche d une maison pour se faire une tambouille de pates, pendant que Panpan essaye de limiter la casse.

Il s est remis a pleuvoir dru quand nous repartons。 La route est finie, celle la, donc un beau goudron tout lisse sous nos roues tordues. Il va nous falloir reparer tres vite dans un magasin car nous n avons pas les outils pour demonter la cassette des vitesses de Tornado et un rayon casse, c est a coup sur une roue qui se voile. Nous poursuivons et quelques kilometres avant la ville de Congjiang, harasses de fatigue, trempes par la pluie qui continue de tomber, et la nuit arrivant, nous demandons l hospitalite dans une belle demeure, decoree comme une pagode. Un bon coup d inspiration, car le monsieur va nous recevoir royalement. S il pouvait savoir comme il nous a ete secourable ce soir la !!! Il nous permet d installer notre tente dans son garage, rempli de jarres d alcool de riz maison et il va nous faire un repas memorable dans sa vieille cuisine au coin du feu. Nous recoltons des legumes verts dans son jardin, cuisines dans un bouillon avec des nouilles, Il nous rechauffe une belle platree de riz et nous prepare une belle omelette avec des morceaux de porc dedans. Un vrai delice ! Et tout cela arrose genereusement de son alcool de riz。 Comble de l hospitalite :il nous fait chauffer une enorme marmitte d eau pour se laver a l eau chaude, ce que Panpan savourera a la hauteur de son degre d alcoolemie !

Mercredi,requinques par cette chaleureuse hospitalite, nous passons la ville de Congjiang ou nous finissons apres maintes peripeties a reparer le rayon casse de Tornado。 Les jeunes du magasin nous offrent meme le the, avec une sympathique ceremonie。 Puis la route defile, pas mal en montagne et apres une rude apres-midi, nous nous decidons ce soir encore a demander l hospitalite。 Mais a croire que les villages se suivent mais ne se ressemblent pas, nous demandons a un grand nombre de gens, devant leur maison, dans leur jardin, dans la rue, nous irons meme jusqu a rentrer dans les ruelles d un hameau ou les gens nous ont reluques et econduits comme des vagabonds。 Nous camperons finalement en bord de route a la sortie du village a la nuit tombee

Les deux jours suivants, nous roulons dans un paysage morose,toujours beaucoup de travaux et de circulation。Nous arrivons samedi a Guillin apres une matinee sous une pluie battante, quasiment ininterrompue。 Nous allons avoir besoin de repos car cette traversee du Qiandongnan aura etait belle mais surtout eprouvante !Nous trouvons donc une sympathique auberge de jeunesse。 La ville est jolie malgre le temps toujours a la pluie。 Des pics rocheux,d un calcaire gris clair, emaillent  le paysage et font de cette ville une des plus esthetiques que nous auront visites en Chine。

Nous trouvons un magasin ou nous achetons des pieces de rechange pour nos velos。Nous nous appretons a repartir, reposes, vers le sud, direction la ville de Nanning ou nous devrions passer noel。 On fera de bons repas (pas trop arroses d alcool de riz, promis !) en pensant bien a vous !!!