Du mercredi 23 au jeudi 24 decembre – De Nanning a Lang Son
Distance : 2857km  /  Denivele : 25176m

Nanning est une ville tentaculaire ou vivent 7 millions de chinois et nous 4, Lulu, Panpan, Dudu la Blanche et Tornado. Mais pas seulement, car nous recroisons un couple de cyclotouristes francais formant un singulier equipage : Francois sur un velo couche, parti de France en Avril et Julia sur un vieux Decathlon avec un gros sac de voyage sur le porte bagage arriere, voyageant ensemble depuis leur rencontre en Mongolie. Nous avons en fait croise un bon nombre de francais en voyage a velo dans cette region du monde 🙂 !

La meteo est en berne, comme toujours depuis un trop long moment en Chine, mais pas notre moral 🙂 !
Nous recuperons notre passeport ou figure notre tout neuf visa vietnamien et nous nous apercevons bien vite que les autorites l ont fait demarrer immediatement, soit le 22 decembre. Oups ! Cela veut dire que nous ne pourrons rester au Vietnam que jusqu a la date du 22 Janvier. Ca nous serre un peu la vis et compte tenu de la meteo annoncee ici dans le sud de la Chine pour les 3 jours a venir, ce qu il nous faut pour rejoindre la frontiere vietnamienne a velo, nous decidons de la rejoindre en bus. Les velos et les saccoches en soute, nous rejoignons en 3h la ville frontiere de Pingxiang ou flotte une agreable ambiance de tranquilite et de calme, une temperature deja remontee de plusieurs degre et une vegetation a l ambiance plus tropicale. Deja un air de changement avec les villes fourmilieres chinoises, grises et bouillonantes ?

Nous parcourrons bien vite les 18km qui nous separent du poste frontiere du Col de l Amitie. Outre la frontiere administrative entre les deux pays, ce col est aussi un lieu historique de batailles dans les differentes guerres qui ont enflammees la region. Nous retrouvons avec surprise la presence de la France dans l architecture d une French Style House de l epoque coloniale. Bien sur ! Notre pays a eu un lien etroit avec le Vietnam dont nous nous appretons a passer la frontiere. Une impressionnante tour chinoise fortifiee fait office de porte pour sortir du pays et un tampon dans le passeport scelle notre fin de sejour en Chine. Quelques centaines de metres plus loin, les visages et les habits des gardes changent. Un hall d un grand standing sert de porte d entree au Vietnam. Les militaires sont souriants, accueillants. On passe tout en douceur et nous voila pedalant au Vietnam, la troisieme contree de ce palpitant voyage.

Quelques kilometres plus loin, la ville de Lang Son apparait mais la nuit tombe il nous faut trouver un lieu de bivouac. Et pourquoi pas tenter notre chance a demander l hospitalite ? Passer notre premiere nuit vietnamienne dans une famille serait de bonne augure pour la suite  ! Nous prenons un chemin quittant la route principale et partant vers un petit village. La deuxieme maison ou nous demandons est la bonne, un papy d un calme et d une gentillesse toute asiatique nous ouvre avec bienveillance les grilles de son jardin. La maison est petite et l humidite de la foret tropicale alentour a craquele de toute part les peintures des murs. Des poules se promenent dans la cour et une mamie nourrit un tout jeune enfant alonge sur une natte dans la piece principale. L ambiance est calme, decontractee, le climat est moite, tropical. On nous offre le the et quelques bananes alors que le repas du soir est prepare dans la piece cuisine, une piece separee du reste de la maison. Nous avons ete presentes avec les « facilites » de la maison, soit un reservoir d eau douce en beton recouvert de mousse avec une bassine pour salle de bain de plein air dans le jardin de derriere et des toilettes a la turc, sommaires, sans porte.

Les enfants, une petite fille de 3 ans et le bebe debout dans une trotteuse, sont dans le salon devant la tele pendant que nous mangeons avec le papy et la mamie tous les 4 dans la cuisine. Le repas est delicieux, simple et l hospitalite sans mot est toute specialement agreable. Est il besoin de se parler pour etre sympathique ? Nous savourons ces premiers moments au Vietnam. Puis une jeune femme arrive, la maman des enfants. La nuit est tombee, il est 18h30, le papy nous fait signe qu il est l heure de se coucher. La commence alors un etrange echange ou on nous explique (les raisons reelles nous sont restees jusqu a aujourd hui inconnues), que Lulu va dormir avec la mamie et la petite fille dans le lit du salon, Panpan avec le Papy dans le lit d une chambre et la jeune femme avec son bebe dans l autre chambre. Z etes sur 😯 ??? Hummm comment vous dire que nous n avions pas du tout prevu ca… Finalement, amuse de la situation, Panpan prend place  dans le petit lit de la chambre avec le papy qui allume la tele de la chambre avec le volume sonore en « papy-style », ferme la porte et s allume une cloppe 🙁 … Lulu, elle, va passer une meilleure fin de soiree a jouer avec les enfants et les femmes sur le canape du salon et va finalement s installer sur son tapis de sol, par terre pres du canape.

Apres une nuit agitee ou le jeune papa des enfants est arrive vers 1h du matin et ou tout le monde s est eveille toute lumiere allumee, nous nous « reveillons » pour un petit dejeuner, tous ensemble, servi sur le tapis de jeu des enfants dans le salon, riz, legumes et poulet fraichement vide et cuisine.

C est avec emotion et affection que nous quittons cette famille, qui nous a offert l hospitalite avec beaucoup de simplicite, nous faisant une place le temps d une nuit dans leur vie, alors meme qu ils ne nous connaissaient pas.

Dans nos vies courantes en France, comment reagirions nous a un couple de voyageurs arrivant un apres midi et nous demandant l hospitalite ? Leur offririons nous a manger et une place dans notre lit  🙂 ?