Du samedi 28 au mardi 01 decembre – De Guiyang a Kaili
Distance : 1980km  / Denivele : 17907m

Nous qui avions hate de pedaler a nouveau, nous avons ete servis !
Nous sortons de la ville de Guiyang samedi matin, a travers la circulation dense et de longs tunnels au bruit assourdissant a l interieur. Il fait 10 degres et gris limite bruine.  Nous croisons un groupe de cyclos chinois qui nous indique la direction de Kaili… mais par l autoroute ! Le beau panneau d un velo bare a l entree nous invite a faire demi-tour. A la station essence pour faire le plein de notre bidon, le monsieur nous montre l affiche representant un policier interdisant le remplissage des bidons. Decidement, pas de cybercafes, pas de certains hotels, pas d essence… On peu faire quoi dans ce pays hein ????? Manger au restaurant tous les repas et dormir en hotel 5* ??? Une station plus petite nous le remplit heureusement sans probleme un peu plus loin. Ouf.
Nous nous engouffrons sur la route nationale, dans un paysage beaucoup plus typique, collines a perte de vue, sommets dans la brume, champs cultives et rizieres, quelques chapeaux coniques a la vietnamienne, buffles… mais toujours autant de dechets, ponts en construction, batiments delabres… pas folichon comme ambiance, coinces entre l autoroute et le train ! Nous jouons aux montagnes russes dans ces collines qui se succedent. Transis de froid par la transpiration et l humidite, nous trouvons refuge pour dejeuner dans le hall du batiment en pagode d un cimetiere tres mignon ou un monsieur nous invite meme un moment pres du poele bien chaud. Curiosite : dans le village avant, il y avait en vente de partout des feux d artifice. Nous decouvrons dans le cimetiere qu ils servent en fait a effectuer de petites ceremonies autour des tombes. Nous repartons, les montees sont parfois de vrais murs, la reprise est rude !! Nous croyons bien nous etre trompes de route car de gigantesteques travaux la rendent presque impraticable : sable, boue, pelleteuse, petites mains travaillant a la chaine, ornieres… Il bruine bien ca y est, nous installons le bivouac apres un village dans la foret qui abrite des steles funeraires… decidement c est la journee 🙂 Tout est trempe, nous sommes couverts de boue… C etait bien la peine de faire de le lessive !

La nuit a ete chaude et cela faisait bien longtemps. Il fait humide, tres humide, mais au moins la temperature est remontee et c est agreable de ne pas se geler des le reveil ! Matinee de pedalage sous un ciel grisatre, jusqu a la ville de Guiding ou le soleil est revenu et nous invite a nous installer a une terrasse d un bouiboui pour y deguster une bonne soupe de pates a 1 euro. A cause de passages encore en travaux dans les bois ou la route est en train d etre aggrandie, nous et nos montures sommes dans un piteux etat. L apres-midi, nous decidons de poursuivre sur l autoroute, qui n a pas de panneau d interdiction a l entree et nous permettra d avancer plus rapidment vers Kaili car la suite s annonce pluvieuse sur plusieurs jours. Nous profitons de belles vues sur les champs, villages et rizieres en contrebas. C est dingue mais nous constatons que les possibilites de bivouac sont beaucoup plus nombreuses sur l autoroute que sur la nationale. En effet, sur les petites routes qui traversent les villages, les moindres espaces plats, y compris le metre du bord de route, sont cultives… Nous trouvons un champ a proximite pour installer notre campement, que le soleil de fin de journee ne suffit pas a secher car l humidite est tres presente. Panpan nettoie les velos a la brosse a dents afin d enlever le plus gros de la boue pendant que Lulu prepare les repas a venir. Nous avons atteint 22,8 degres cet apres-midi, on a fait peter les tshirts 🙂

Lundi, 5h du matin – Ploc, ploc, ploc, ploc… oups, il pleut… une deuxieme averse un peu plus tard… mais au reveil la meteo grisatre n est pas pluvieuse, nous avons de la chance. Nous repartons sur l autoroute pour Kaili, ou de superbes maisons en bois traditionnelles sont ancrees dans de belles vallees verdoyantes ou paissent les buffles d eau. Les visages sont ceux des minorites et non plus les Han que l on voit surtout en ville. Belles descentes, quelques remontees et puis apres 45km, nous voici arrives, plus tot que prevu. Traversee de la ville pour aller voir si les cybercafes nous acceptent. Si oui, nous patienterons peut etre un ou deux jours. Si non, nous aviserons pour essayer de ne pas passer les 3 jours a venir en ville malgre la meteo annoncee pourrie, en attendant de retourner a Guiyang vendredi recuperer nos passeports. Panpan entre dans le premier, qui lance directement une connexion apres avoir bippe sa propre carte d identite… nous voici donc dans un cybercafe chinois, merci monsieur !! Ici les gens ont l air plus souriants et accueillants que dans le nord. Les femmes arborent des vetements plus traditionnels, coiffes ou encore porte bebes en tissus colores. Cote hotel, le moins cher du guide nous refuse, nous devons nous rabattre sur le plus cher et negocier le tarif pour 5 nuits (25 euros)… decidement, encore coinces en ville… nous aurions bien pedale pour avancer sur la route a venir mais les petits villages etant difficiles d acces en transport en commun, cela aurait ete trop complique de revenir a Guiyang. Prenons notre mal en patience et profitons de cette escale pour : rediger ces articles, decouvrir de nouvelles saveurs culinaires, se doucher au savon a l huile d olive deluxe fournie, dormir dans un lit excellent et… refaire un peu de lessive ? 🙂

1er decembre… que le temps passe vite ! Brume sur la ville au reveil, nous nous rendons a 9h au cybercafe de la veille, qui nous rouvre une connexion internet. Grande salle avec des dizaines d ordinateurs et de jeunes jouant en reseau. Panneaux d interdiction de fumer mais salle enfumee. Il est actuellement precisement 17h42 et nous n avons pas decolle du PC au risque de ne pas pouvoir revenir. Nous nous sommes relayes pour aller manger ce midi, chacun ayant pu deguster ce qui lui plaisait 🙂
2 jours encore a passer ici, nous allons voir comment les occuper…
On devrait faire de belles decouvertes comme celle faite dans une ruelle de la vieille ville : a cote des volailles et autres groins de porcs, il y avait un chien entier depece et prepare ainsi qu une tete de canide, vendue separement ! Miam miam miam…

En tous cas, voici notre blog a jour, nous en sommes pleinement satisfaits, une sensation d inacheve nous habitait… !