Jeudi 22 et vendredi 23 – Free panpanning !

Qui n’a pas voulu faire rimer un jour vacances et liberté !

Alors face a l’évidence, ni une ni deux, je m’en suis allé vers l’aventure, la vraie, la pure et pas trop dure 🙂 quand même.

Un kayak sera mon destrier voguant pour 48 heures et mon seul compagnon. Plus de femme, d’enfant et de belle maman, juste la vie, l’horizon sauvage et ma jeunesse éternelle !
Quelques coups de pagaies m’éloignent de Bang bao et me projettent vers la côte sauvage que je suis certainement le premier homme à longer en kayak, ce matin. Robinson de ma propre échappée belle fantasmée, je pagaie jusqu’à Salak Pet, où je somnole à l’approche d’un ponton puis je traverse la baie en longeant les îles au centre de la baie. Ces dernières années d’inactivité m’ont laissé plutôt flasque donc je suis au désespoir de n’arriver à Long Beach avant la nuit. Pourtant après une baignade revigorante sur une langue de sable esthétique je trouve les ressources nécessaires pour pagayer 1h30 de plus et longer la côte contre le vent dans une mer plus formée jusqu’à mon Eldorado, la jolie plage de Long Beach.
Petite bière succède à petite plongée avec les petits poissons colorés et je m’installe dans la cabanette numéro 1, collée à la paillotte principale. Il faut croire que les années passent, il y a encore quelques temps j’aurais bivouaqué dans un hamac sur un coin de plage entre deux cocotiers… Mais ce soir c’est confort avec matelas et moustiquaire et bonne soupe de coco à la paillotte.
Après une belle nuit reposante, sans avoir profité du Fuck You Bar, de peur que…, je rentre par le même itinéraire qui me prend bien 5 heures de pagayage, soit pas moins que la veille.
J’en profite pour explorer la mangrove de l’embouchure de la rivière de la jolie plage inaccessible par la route et manger un bon repas dans le port de Salak Pet avec une petite sieste reposante sous une cahute du port.
Douces vacances quand tu nous tiens… surtout lâche pas 🙂