Vendredi 20 au lundi 23 fevrier – San Pedro et San Marcos La Laguna

Oui, le lac Atitlan est tres joli dans cet ecrin volcanique.
Mais il faut se l avouer, les villages autour ont tout du village vacances pour blancs heberlues.
Nous avons sejourne dans 2 d entre eux, San Pedro repute pour la fete, et San Marcos connu pour etre zen et oriente meditation.

Le lac a des montees des eaux regulieres et cycliques, avec parfois plus de 5m. C est pourquoi les villages traditionnels sont construits sur les hauteurs… tandis que les villas hotelieres et celles des expatries frolent la surface ou ont deja ete bien englouties, servant de ponton de baignade aux enfants du coin. Haaaaa ces touristes etrangers qui construisent…

Et puis tout le bas de ces villages a ete litteralement colonise par les touristes. La rue entre les embarcaderes de San Pedro ressemble ni plus ni moins a un Thamel guatemalteque. Hotels, restos, cafes, nourriture italienne et japonaise, stands d artisanat… et bien sur avec tarifs a l occidentale, comme si 1 euro valait 1 quetzal (alors que pour rappel 1 euro vaut 8 quetzals). Le cafe est donc a 10Q, la pizza a 80Q… (et nous qui ralons apres car on ne veut pas payer les prix touristiques, un repas dans un comedor vaut 15Q et pas 30Q comme on nous l a deja propose en nous voyant arriver de loin…). Et l alcool, n en parlons pas ! Une debauche pour jeunes en mal de fete. Une auberge de jeunesse propose meme 1 verre gratuit pour 1 verre achete pendant 10m toutes les heures histoire de pousser a la conso et de souler les ados rapidement. Les Happy Hours debutent ici a midi…
Des bancs de jeunes filles bien blanches se dorent au soleil sur des pontons devant les lanchas qui passent. Et les autres, quand elles ne sont pas en maillot, se baladent a moitie nues dans les rues. Ou en soutien-gorge dans l hotel comme a San Marcos. Des gens un peu bizarres qui jouent de la flute dans les rues en marchant pieds nus. Ou completement defonces et tenant des propos quelque peu denues de sens.
Et ces hotels de luxe le long de la rive ou les gens se prelassent au soleil a cote de la piscine alors que juste a cote des femmes font leur lessive dans le lac et les hommes se lavent. Quel decalage.

Comment s etonner que les sentiers du coin soient reputes dangereux avec des risques de vol quand on sait que ces gens doivent voir a longueur d annee des touristes depenser des sommes folles en alcool, drogues, stages d un mois ou plus en meditation solaire…

Il faut savoir que le Guatemala, en depit de ces marches debordants de fruits et legumes succulents et peu chers pour nous (ananas 5Q, 1kg de tomates 5Q, 1 avocat 1Q…), est un des plus touches au monde par la malnutrition. Les villageois n ont pas assez d argent pour s offrir ces denrees (ne parlons meme pas du chocolat  qui pourtant est produit ici !), et se contentent donc d acheter du mais et de le cuisiner a toutes les sauces. Tamales, chuchitos, tortillas, sucre ou sale, a manger ou a boire… La jeune fille de menage touchait par exemple 350Q par mois pour 7h de travail quotidien (soit 45 euros environ).

Nous aimerions vraiment savoir comment les gens ont vecu cette invasion touristique et ou vont les recettes. Car la fete jusqu a 3h du matin tous les jours ne doit pas plaire a tout le monde…

Pendant que le bas des villages est donc occupe par la masse touristique, nous passons notre sejour dans les parties hautes, la ou la vie locale est beaucoup plus presente. Un superbe petit marche a San Pedro nous fournit de quoi faire nos salades midi et soir, et de succulents petits dejeuners pris avec tout le monde (tres peu de touristes ici). Au menu : pan (pain) ou tostada (grosse tortilla croustillante) garnis de legumes, frijoles (haricots rouges), queso (fromage), pollo (poulet), oignons et guacamole. A boire, un delicieux atol de arroz con chocolate (boisson a base de riz, lait, eau et chocolat). Un regal ! Et pour seulement 10Q a deux… rien a voir avec les petits dejeuners des restos plus bas a 30Q par personne !

Le dimanche matin, une balade en kayak sur le lac (il n y avait pas de vagues ce jour la, elles peuvent etre tres violentes parfois) nous permet de profiter du lieu de maniere plus sereine, au milieu des oiseaux, avec vue sur la vie des berges qui s eveillent au cours de la matinee. La musique resonne de partout. Dans le village, c est toute la journee qui est consacree au culte, avec de tres nombreuses communautes reunies (pentecotistes…), et ce jusque tard dans la soiree.

Bref, si le lac Atitlan reste un tres bel endroit, nous ne nous y sommes pas vraiment sentis a l aise, entre ces touristes dejantes et peu respectueux de leur environnement d un cote, et l impossibilite de randonner autour de ces villages pour aller en decouvrir d autres plus eloignes etant donne les risques pris a sortir des sentiers battus…
San Juan a toutefois ete une superbe journee, un peu exceptionnelle dans ce contexte.

Direction Chichicastenango demain matin 🙂 Les montagnes a venir, beaucoup moins touristiques avec a priori des cartes de rando pour aller explorer ces belles regions !