Du dimanche 25 au vendredi 30 – Koh Chang

Il en fallait bien une, on le savait ! Une fin à ce beau séjour ensoleillé et reposant à souhait.
Plage, piscine, poisson frais, petit cocktail même pour Soéline avec sa coco… nous profitons pleinement.
Dans l hôtel d à côté, sur la plage, voici la troisième soirée à laquelle nous assistons, toujours un peu surpris. Karaokés toujours aussi foireux que ceux entendus lors de notre périple à vélo, et ce quel que soit le pays d Asie, et spectacle de transsexuels devant une foule en délire. Il faut dire que les costumes envoient du lourd comme dans nos cabarets. En revanche, les artistes se changent sur le côte de la scène, à la vue de tous… spécial ! En tous cas, pour certaines de loin, la ressemblance était frappante et nous avons hésité sur leur genre sexuel…jusqu à les voir de profil, ce qui a trahi les mieux réussies aux gros seins refaits 🙂

Koh Chang a l air d une enclave Russe hors de leur pays tant il y a de touristes russes. Et nous avons aperçu à plusieurs reprises des “couples” composés d un homme occidental, souvent âgé et ventripotent, en charmante compagnie d une jeune thailandaise plus ou moins apprêtée, selon le prix qu ils payent la semaine probablement ! Au maximum, nous avons vu 3 hommes pour 1 femme, qui chaque soir partait en priorité avec le plus jeune et le mieux de la bande, finissant probablement par les 2 autres… Assez particulier à observer.

Quoi qu il en soit, nous repartons le coeur chaud et des sourires éclatants de notre Mistinguette plein les yeux, après avoir dit au revoir à la Tortue géante laissée pour d autres enfants dans la piscine.
Un long trajet de minibus + ferry + minibus d environ 8h, avec des embouteillages de fou à l arrivée dans Bangkok. Nous voici revenus dans le bruit, la pollution, les grattes-ciel côtoyant les ghettos miséreux… Nous avons opté pour un hôtel-appartement, au 11ème étage, avec une belle vue depuis notre salon, pour à peine plus cher que l auberge de jeunesse au bruit assourdissant toute la nuit et au matelas dur comme du béton dans lequel nous avions séjourné à notre arrivée.

Bye bye Koh Chang et merci !