Mardi 10 au jeudi 12 fevrier – Rio Dulce

Mardi – Allez, encore un reveil a 6h30 pour prendre un bus vers le sud et le lac Izabal. On a choisi de ne pas aller vers les sites de Lanquin et Semuc Champey, a priori tres jolis mais orientes baignade et tres tres touristiques. Le voyage est fait de choix, et comme pour ce pays nous avons un vol retour… le temps nous est compte.
Le bus de Flores a Rio Dulce est sur-climatise, une horreur ! Et moi qui ait oublie ma polaire dans le sac en soute… Heureusement que Panpan a le sens du sacifice et me laisse son pull en m assurant que non, il n a pas froid. 3h30 de route a travers la campagne guatemalteque, petits villages, de la verdure a perte de vue, des montagnes au loin.
Rio Dulce, bourgade de 5000 habitants separee en deux par un pont gigantesque et tres bruyant. D un cote le lac izabal, de l autre le Rio Dulce qui descend vers la mer des Caraibes. Pleins de bateaux, du voilier au yacht luxueux en passant par les barques de pecheurs. Rio Dulce est un repere de milliardaires car reputee pour etre l endroit le plus sur des Caraibes en cas de cyclone. L hotel Backpackers est au bord de l eau, on opte pour le dortoir qui divise par deux notre budget nuit. On fouine pour degoter un petit resto local et dejeuner du Pollo frito con arroz y ensalada (poulet frit avec riz et salade) pour 15Q (1.9 euros). Pas de balade pour longer le lac, on achete juste de quoi cuisiner le soir, on reserve le bateau pour demain et on se cale sur le ponton de l hotel pour bouquiner la fin d aprem.

Mercredi – Lever 7h, on traverse le pont pour aller faire des courses de fruits et legumes pour 2 jours car on a decide de s arreter entre Rio Dulce et Livingston (cf carte en photo) a l hotel Finca Tatin, perdu en pleine jungle. Et comme on ne connait pas les tarifs repas… on prefere avoir de quoi se nourrir ! La lancha (bateau local a moteur pour se deplacer) nous embarque a 9h30 et on trace sur le Rio Dulce. Nombreux coins et recoins bordent l eau, de vrais reperes de pirates ici ! Ca devait etre quelque chose a l epoque… Arret dans la mangrove ou des centaines d oiseaux nichent (pelicans, cormorans…), puis a une source d eau chaude (Agua caliente).
1h de bateau et enfin notre hotel. Superbe complexe amenage au coeur de la jungle, tout sur pilotis de bois et de pierres, grand espace commun aux multiples hamacs et chaises suspendues, chat, chiens et perroquet apprivoise qui se promenent, et une tour isolee qui sera notre chambre pour 2 nuits. Royal de loger a hauteur des oiseaux ! Ici, tout fonctionne sur la confiance, il suffit de noter sur une fiche nos consommations et activites. Une bonne salade maison pour changer et hop, on file decouvrir le jungle autour. Un petit air de Nongriat (jungle du nord est de l Inde), on retrouve la nature sauvage. Village d etudiants (projet de developpement local) puis Grotte du Tigre, gigantesque et emplie de vegetation. Au retour, on croise 2 pecheurs a qui on commence a s adresser avec un grand sourire en leur demandant ou ils ont peche de si beaux poissons… Mais oups, pas de sourire en retour, ils nous demandent ou est notre guide… Ben euh… pas de guide… Ils nous demandent 50Q pour la visite de la grotte et 80Q pour cheminer sur leurs sentiers… (Tikal c est 150Q pour avoir le rapport)… Pas d argent avec nous de toutes facons, mes bases d espagnol me servent a comprendre ce qu ils disent et a leur expliquer que nous n etions pas au courant et que vraiment vraiment nous sommes tres tres tres desoles. A l hotel au retour on apprend en fait que nous n avons pas le droit de nous aventurer apres le village d Ak Tenamit a cause de ces populations locales. Si personne ne le dit en meme temps… Allez on oublie, on se baigne au ponton et on s installe dans les chaises suspendues. A 19h, le diner est servi pour tout le monde… seuls Panpan et Lulu, toujours aussi radins, mangent leurs tomates/concombre/oignon/avocat/thon de leur cote… Une fois couches, les oiseaux sont au rendez-vous pour la berceuse.

Jeudi – Aujourd hui, c est kayak ! Nous avons bien verifie, pas besoin d avoir un guide. Direction les cascades de Lampara au bout du rio Lampara, a 2h de navigation. Les epaules et le dos chauffent, on force un peu pour traverser le Rio Dulce afin de ne pas croiser la route de lanchas lancees a vive allure. Meme ambiance que les backwaters du Kerala, paysage vert, scenes de vie des 2 cotes avec les femmes faisant la lessive et la vaisselle dans l eau, canards et poules gambadant gaiement. Beaux oiseux a queue jaune, fleurs violettes rouges ou blanches, bateaux fantomes abandonnes et depouilles. Fin du bras d eau, on descend sur le rivage, on met le kayak en securite et on part sur le petit sentier boueux pour 15mn avant d arriver a la cascade. Sauvage endroit mais petite cascade, on est seuls, parfait pour le pique nique. Chemin retour, Panpan repart pagayer 1h tout seul pendant que je profite du calme de l hotel et du bruit de la nature. Nos provisions etant terminees, on dine avec tout le monde, un excellent repas vegetarien (meme si un peu decus de ne pas avoir eu de viande ou de poison… pour une fois qu on paye un resto…). Plusieurs grands voyageurs autour de la table, ca donne juste envie de continuer…

Demain, direction Livingston, petite ville aux 3 ethnies (notamment garifuna) accessible uniquement en bateau, aux portes de la mer des Caraibes…