Dimanche 8 et lundi 9 fevrier – Tikal

La navette touristique passe a l heure nous prendre sur Flores et nous voila partis pour deux jours d aventure dans la jungle nord du Guatemala. L aventure devrait etre toute relative vu que le site archeologique de Tikal est connu comme un des plus beaux sites du monde maya, ses amenagements le rendant accessible au grand public et il semble que tout touriste respectable visitant le Guatemala devrait etre passe par Tikal.

Alors comment faire pour vivre une vraie aventure ? 😀
Nous trouvons rapidement la solution quand le chauffeur nous demande de descendre du vehicule alors que nous ne sommes seulement arrives qu a l entree du Parc national de Tikal a encore 17 kilometres du site archeologique. En fait nous voulons passer la nuit sur le site, dans un des campings et pour ne pas payer “double ticket”, nous ne pouvons acceder au site qu a partir de 15h30 ; il est actuellement 13h30. Nous nous asseyons donc sur le banc des “refoules du ticket”, alors que tous les gentils touristes du minibus, payant leur double ticket, continuent. Mais nous prenons le temps d un bon pique-nique de fruits et legumes que nous avons apportes en masse pour ces deux jours.

Arrives sur le site nous installons nos affaires dans une tente de l espace camping amenage par un hotel et on file droit vers le temple IV pour le coucher de soleil, l attraction phare de la fin de journee a Tikal. Nous disposons de la carte du guide du routard mais nous nous rendons vite compte que le balisage sur le site est tres bon.
En fait de site archeologique, Tikal est une ville maya immense ou pres de 10 000 personnes vivaient et ou la culture maya s est considerablement epanouie durant des siecles, jusqu a etre abandonnee par ses occupants il y a 1000 ans. La foret a vite repris le dessus, recouvrant quasi integralement les pyramides et les batiments en pierre de taille, a l exception des cretes faitieres des temples les plus eleves, qui depassent au dessus de la canopee. Il a fallu de tres longues annees aux equipes d archeologues pour faire les excavations necessaires a la mise au jour des batiments principaux. Mais seulement 26 km2 sur les 575 km2 sont accessibles aux touristes aujourd hui.

Nous passons rapidement sur la Grande Place, magnifique esplanade ceinte de deux grands temples-pyramides a etages, caracteristiques des constructions mayas, avant de poursuivre dans la jungle jusqu au pied du temple IV, impressionnante pyramide de 72m de hauteur. De la haut, la vue est superbe et le soleil gagne alors l horizon. La canopee s agite, des miliers d oiseaux chantent et les singes hurleurs s en donnent a coeur joie. L ambiance est magique, nous profitons un moment. Nous sommes les seuls touristes presents, excepte un australien, a etre ici sans avoir de guide local. Le groupe repart avec son guide, nous saluons l australien, qui a decide et nogocie avec les gardes armes, de passer la nuit au somment du temple IV.

Nous repartons dans la nuit naissante et decidons de vivre notre petite aventure perso, celle dont nous serons les seuls a vivre l instantane, un petit quelque chose d excitant, qui nous donne l illusion de ne pas faire du tourisme banal. Nous decidons d explorer Tikal de nuit. Enfin, nous avons conscience d etre au fin fond d une jungle epaisse ou il y a encore peu de temps les touristes etaient accompagnes de gardes armes pour garantir leur securite, alors nous decidons de nous rendre seulement au temple VI, un peu a l ecart du site et de rentrer. La nuit devient complete, la jungle se calme, les singes hurleurs, dont le cri s apparente plus a un rugissement feroce, se calment peu a peu.
Lulu accroche le bras de Panpan, qui lui, accroche le bras de Lulu.
La jungle bouge finalement assez peu, nos sens sont exacerbes par l obscurite, la sensation d etre minuscule dans ce monde vegetal. La jungle est une foret impressionnante, bruissante de vie, mais aussi de brutalite. La vie s y epanouie, luxuriante, mais de nuit elle semble capable de nous engloutir. Les dernieres 15 minutes a la recherche du temple VI semblent des heures, la photo officielle pour garder une preuve de cette marche nocturne est rapidement prise et le retour se fait d un bon pas. Le ciel est piquete d etoiles innombrables, quelques singes s egaient a l approchent du camping ou nous nous installons pour une courte nuit.

A 3h30 du matin, nous nous preparons a tenter notre chance pour le lever de soleil, conscients que sans payer le double ticket du matin les gardes devraient nous refouler. C est chose faite, Panpan retourne se coucher et Lulu bouquine en attendant 6h, ouverture officielle du site.
A 5h57, le garde nous voit arriver avec un petit sourire pince et il nous laisse entrer. La jungle ne nous laisse pas vraiment imaginer ou en est le soleil mais nous decidons de marcher d un bon pas jusqu au temple IV, au cas ou le soleil nous laisse le temps de grimper au dessus de la canopee. Arrives sur l esplanade, au sommet du temple, nous trouvons un groupe de touristes avec un guide local et l australien avec qui nous echangeons un sourire complice. Et le soleil se leve, majestueux. Comme la veille au soir, la foret s egaye et les oiseaux remplissent l air de leurs chants. On croirait qu ils se rejouissent de l arrivee du soleil, comme ces mayas qui lui vouaient un veritable culte.

Durant la matinee nous explorons pendant pres de 6 heures de marche cette incroyable ville de Tikal, dont les sites portent des noms evocateurs. Notre coeur penche pour le groupe de temples du “Monde Perdu”, El Mundo Perdido. Le travail des archeologues est surprenant, titanesque. Et encore plus surprenant, nous croisons un grand nombre d animaux au cours de la visite, des renards furtifs au dos argentes, des singes araignees a la queue si longue qu ils semblent pendus au bout d un fil, des perroquets verts joueurs et un pizote, un petit animal mi belette mi ecureuil.

Au terme de ces heures de balade, ou nous croisons finalement assez peu de touristes, nous repartons avec un minibus touristique, epuises et heureux de cette magnifique decouverte.